Le Conseil de Surveillance

Le Conseil de Surveillance

 

Le Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier François Tosquelles, EPSM Lozère, s’est réuni le 9 octobre 2020, sur le site de Saint-Alban sur Limagnole, dans sa nouvelle composition suite aux dernières élections municipales.

Sophie PANTEL, Présidente du Conseil de Surveillance, la Directrice, MA COLLIN et le Président de la CME, Dr CHELIAS, ont accueilli les nouveaux membres en présence d’Alain BARTHELEMY, Directeur de la Délégation Territoriale de l’Agence Régionale de Santé d’Occitanie. Il s’agit notamment de :

–              Samuel SOULIER, Maire et représentant de la Commune de Saint Alban sur Limagnole,

–              Sandrine CONSTANT, Représentante de la Communauté de Communes des Terres d’Apcher,

–              Sandrine LADEVIE, Représentante de la Communauté de Communes des Terres d’Apcher.

 

Quant à Colette GERZAIN, elle a été désignée par le Directeur général de l’ARS pour représenter les usagers (UDAF48).

 

L’ordre du jour portait sur la situation sanitaire (COVID-19) au CHFT et plus particulièrement sur le retour d’expérience de la période de confinement du mois de mars qui a conduit à adresser aux personnels exerçant sur l’ensemble des sites de l’établissement un questionnaire le 1er juillet 2020.

174 réponses ont été retournées soit 47 % de retour. Un document, remis sur table, a permis de présenter les résultats portant sur :

  • Les données générales
  • Le volet prise en charge des patients
  • Le volet ressenti des professionnels
  • Et les réponses ouvertes qui ont été regroupées sous différentes thématiques.

 

Un second point à l’ordre du jour informait les membres du Conseil de Surveillance de la prochaine réforme du Financement de la Psychiatrie annoncée par les pouvoirs publics.

A l’issue de cette présentation, la Présidente a proposé qu’une audience soit sollicitée auprès du Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé d’Occitanie pour le sensibiliser aux conséquences de cette réforme en Lozère. En effet, les différentes hypothèses de simulations de financement proposées tendraient à démontrer que les caractéristiques du département de la Lozère (enclavement, ruralité, vieillissement, démographie, …) mériteraient d’être mieux prises en compte afin de garantir l’offre de soins en santé mentale.

Print Friendly, PDF & Email
Fermer le menu